Accueil | Aller au contenu | Politique d'accessibilité

Détail de la notice Temis-0079854
SURCOTE. Subir, réagir et s’adapter aux changements globaux : l’exemple de la côte des Havres (Ouest Cotentin, Manche occidentale).
To undergo, react and adapt to global change in Normandy west coast.
A - Rapport scientifique final.- 98 p.
B - Rapport d'annexes.- 473 p.
C - Synthèse.- 20 p.
20 novembre 2012.
LEVOY (Franck)
UNIVERSITE Caen ; CENTRE DE RECHERCHES EN ENVIRONNEMENT COTIER ; LABORATOIRE MORPHODYNAMIQUE CONTINENTALE ET COTIERE ; LABORATOIRE LETG Caen Géophen ; LABORATOIRE UNIVERSITAIRE DES SCIENCES APPLIQUEES DE CHERBOURG
MINISTERE DE L'ECOLOGIE ; CGDD Direction de la recherche et de l'innovation
Caen : Université de Caen, 2012.-,  bibliogr., ann., tabl., graph., cartes
LITEAU III
21367_Rapport.pdf../documents/Temis/0079/Temis-0079854/21367_Rapport.pdf21367_Synthese.pdf../documents/Temis/0079/Temis-0079854/21367_Synthese.pdf
Ce projet avait pour finalité d’analyser l’évolution de la côte des Havres sur le littoral ouest du Cotentin et de présenter les effets des changements naturels et anthropiques (1950-2010) mis en évidence sur la zone intertidale afin d’en prévoir l’évolution possible à l’échelle des prochaines décennies. A partir de la documentation existante, d’observations entreprises pendant la durée du projet et de concertations avec les gestionnaires, l’objectif a été de faire la part des effets anthropiques et climatiques sur les changements observés depuis 60 ans. Cette analyse du passé et de l’actuel a permis de proposer pour l’avenir, sur des thématiques particulières comme les risques littoraux, un mode de gestion concerté et intégré de cette zone littorale à forte pression anthropique. Ce travail s’est appuyé sur l’analyse des changements climatiques, sur l’évolution des usages, sur l’étude des phénomènes d’érosion et de sédimentation, sur l’analyse des opérations de poldérisation, d’extractions de sables et de rechargements des plages. Les évolutions des unités bio-géo-sédimentaires ainsi que les impacts sur les espèces endémiques ont été étudiés en tenant compte des réglementations et des inventaires patrimoniaux existants. Une réflexion sur les trajectoires futures de ces éco-socio-écosystèmes, menée de manière concertée avec les acteurs locaux et nationaux de la gestion des côtes, permet le développement de protocoles de suivi transposables aux autres zones littorales sensibles aux changements globaux.
En Manche occidentale, la côte ouest du Cotentin est une côte caractéristique du département de la Manche. C’est une côte basse dunaire, encore appelée "côte des Havres" qui s’étend sur une centaine de kilomètres entre Granville et Barneville-Carteret. Les havres sont des embouchures tidales, partiellement fermées par des flèches sableuses, en arrière desquelles se forment des marais maritimes. La mer ne pénètre que lors des marées de moyennes et vives-eaux et les volumes d’eau douce apportés par les rivières sont souvent négligeables face à celui des eaux marines. Il en résulte un transport de sédiments de la mer vers les havres et un comblement progressif de ces environnements particulièrement remarquables et sensibles aux changements globaux. Le projet avait pour but d’analyser l’évolution de ce système afin de montrer quels ont été les effets des changements naturels et anthropiques, sur la période 1950-2010, et d’en prévoir leur devenir. L’analyse a également pour objectif de proposer, sur certaines thématiques ciblées, des modes de gestion concertés et intégrés de cette zone littorale à forte pression anthropique. L’étude s'est focalisée sur les havres de Regnéville-sur-Mer et de Blainville-sur-Mer, où il existe aujourd’hui des problèmes concrets liés à l’érosion du littoral et où il est nécessaire, au-delà des réflexions menées, de prendre des décisions de gestion. Les volets suivants ont été abordés : analyse des changements météorologiques et climatiques (régime des vents, intensité et fréquence des tempêtes et surcotes associées) ; étude de l’érosion, de la sédimentation et de l’évolution des unités bio-géo-sédimentaires des havres ; analyse des impacts anthropiques (travaux de poldérisation, d’extraction de sables et graviers, de rechargement des plages) ; bilan des réglementations et inventaires patrimoniaux existants et analyse de leur cohérence au regard des enjeux d’évolution littorale.
L’analyse des forçages météo-marins historiques a permis de caractériser les conditions météo-marines (conditions de vent, marée qui ont accompagné les événements extrêmes (tempêtes, submersion marine) recensés à ce jour sur l’Ouest du Cotentin sur la période 1951-2010. Les résultats de ces travaux ont mis en évidence plusieurs configurations différentes conduisant à des conséquences comparables. De nombreux paramètres ont été identifiés pour caractériser la vulnérabilité du littoral : niveaux marins extrêmes, conditions météorologiques (vents, pressions…), volume sédimentaire disponible et morphologie des plages (pente moyenne, existence de replats…). Ces résultats sont un préalable à la réflexion sur la mise en place éventuelle d’un système d’alerte à l’échelle locale (façade d’un département) sur les conditions météo‐marines extrêmes.
Une deuxième partie du travail avait pour but de dresser un bilan aussi exhaustif que possible de l’état actuel de la zone intertidale, du littoral et des havres tant du point de vue morpho-sédimentaire que des habitats naturels et de l’anthropisation du système, dont toutes les données ont été intégrées dans un système d’informations géographiques. L’utilisation du LIDAR aéroporté, couplé avec des photographies aériennes, a permis de cartographier les grandes unités bio-morpho-sédimentaires actuelles et de les comparer avec les données existantes. Les résultats obtenus permettent ainsi de préciser la tendance séculaire au comblement du havre de Regnéville, d’identifier des mouvements sédimentaires conséquents à l’embouchure du havre de Blainville, et de clairement mettre en évidence les secteurs en érosion et en accrétion par secteur de côte. Le projet a démontré par ailleurs l’intérêt de l’outil LIDAR pour caractériser l’évolution des récifs d’hermelles, qui constituent des habitats d’un grand intérêt écologique. L’analyse historique du développement urbain a permis d’aboutir à un protocole d’étude transposable à d’autres sites français, qui met en évidence une augmentation très conséquente de la pression foncière sur la côte des havres. Le cas de plusieurs ouvrages impactant l’évolution des systèmes sédimentaires est soulevé, ce qui devrait guider la réflexion sur des modes d’intervention plus respectueux de l’environnement et, idéalement, réversibles.
La troisième partie, plus prospective, s'est consacrée à l’élaboration de scénarii d’évolution selon les choix d’aménagements et les conséquences attendues du changement climatique (élévation du niveau de la mer, tempêtes et érosion des cordons dunaires). La comparaison de différentes méthodes d’estimation de l’aléa de submersion a mis en évidence la pertinence de la modélisation dynamique des phénomènes de submersions, qui permet de prendre en compte l’évolution temporelle du niveau d’eau et, ainsi, de ne pas surestimer l’aléa submersion. Il s’agit d’un outil d’aide à la décision très concret qui devrait, à terme, supplanter la vision statique actuelle, beaucoup moins réaliste. Enfin, le recoupement des dispositions réglementaires en matière d’urbanisme (notamment la loi « littoral ») et des cartes de risque de submersion marine s’avère nécessaire dans l’optique d’une gestion intégrée de la zone côtière. Toutefois, sur le secteur d’étude, cette démarche conduit à une forte diminution des secteurs urbanisables et révèle des incohérences entre les documents de planification (SCOT, PLU…) et la législation en vigueur ("loi littoral"). L’ensemble des données produites et synthétisées dans le cadre du projet devraient contribuer à la mise en place de modes de gestion concertés et intégrés de cette zone littorale à forte pression anthropique. Les méthodes de travail utilisées sur le secteur particulier de la côte des havres peuvent être transposées plus largement aux zones littorales sensibles aux changements globaux à l’échelle nationale.
ENVIRONNEMENT - MILIEU NATUREL
BIOLOGIE ; LITTORAL
CHANGEMENT CLIMATIQUE ; IMPACT ENVIRONNEMENTAL ; PROGRAMME DE RECHERCHE ; RISQUE NATUREL ; TRAIT DE COTE ; TRANSPORT SEDIMENTAIRE ; VENT
COTENTIN ; MANCHE
21367

Document  < > /